הפעל עצור
  • 1
  • 1

Indignation en France suite à la mort du premier jeune d’origine juive dans les rangs de Daech. Dans la seule région lyonnaise, des dizaines de femmes juives se sont converties à l’Islam

      

 
Une foi profonde dans les voies de l’Islam. Source : le compte facebook de Raphaël.

Raphaël Amar vivait à Lunel dans l’Hérault. De père juif, il marquait de l’intérêt pour les fêtes juives et se dirigeait vers une carrière prometteuse dans l’informatique. Il s’est converti à l’Islam et, influencé par des extrémistes, a voyagé au Moyen Orient contre l’avis de ses parents. Il a été tué voilà un mois sous les bombardements. Pour les juifs de France, il est question d’un véritable phénomène.  
  
Il y a environ deux mois, le 10 Octobre 2014, les services de renseignements français ont révélé que des dizaines de jeunes filles françaises avaient quitté le territoire pour la Syrie avec l’intention de rejoindre les rangs de l’état islamique. Parmi elles se trouverait une jeune juive.

Le porte-parole du gouvernement français a déclaré lors d’une interview pour ‘Hadashot 2 que, selon les informations réunies par le ministère de l’intérieur, d’autres personnes d’origine juive auraient également rallié l’organisation. Il semblerait donc que le cas de la jeune fille juive en question soit loin d’être isolé.

« Cet affaire fait l’objet de toutes les conversations au sein de la communauté juive française, il ne faut surtout pas donner de crédit à des informations non fondées car actuellement, aucun communiqué tangible de permet d’authentifier ces faits »  a déclaré le député français Meyer Habib. « Le ministère de l’intérieur tente de  localiser chacune d’entre-elles ainsi que leurs familles, y compris celle de la jeune fille juive. Je ne vois pas pourquoi une juive rejoindrait Daesh, sauf si elle s’avérait être à moitié musulmane ».
Le député, qui attend confirmation de la part du ministre de l’intérieur, a conclu : «  S’il ressortait qu’une jeune fille juive avait effectivement rallié Daesh, ce serait une catastrophe ».

Il y a un mois, le 11 Novembre 2014, Guidon Kouts a publié en France sur le site Maariv Hachavoua que le jeune Raphaël Amar (22 ans), d’origine juive, avait été tué dans les rangs de l’état islamique en Syrie. Considéré comme un brillant informaticien, il s’était converti à l’Islam il y a 4 ans et vivait au Moyen Orient depuis 4 mois. Il s’entretenait quotidiennement au téléphone avec ses parents qui s’étaient formellement opposés à son départ.

Le mois dernier, après plusieurs jours sans nouvelles, sa famille a appris sa mort survenue le 17 Octobre. Les parents de Raphaël, Laurent, ingénieur en informatique, et Liliane, psychologue pour enfants vivent à Lunel dans le sud de la France. La terrible nouvelle leur est parvenue par l’intermédiaire de contacts musulmans qui leur ont expliqué que leur fils avait été tué en même temps que deux de ses amis au cours de bombardements de l’armée syrienne sur la ville de Deïr ez-Zor se trouvant sous le contrôle de Daesh. Les sources ont révélé que Raphaël a été inhumé en Syrie et qu’il serait chimérique d’espérer pouvoir rapatrier son corps pour procéder à un enterrement en France. Les circonstances de sa mort ont cependant donné lieu à plusieurs versions. Selon l’une d’entre elles, Raphaël, pourtant non combattant, avait été envoyé pour contrer l’attaque de l’armée syrienne sur la ville et a trouvé la mort sous les bombardements. Selon une autre, il aurait été assassiné par son commandement après avoir demandé, sur le conseil de ses parents, à quitter la Syrie.

Raphaël s’est converti à l’Islam à l’âge de 18 ans suite, selon son père, à de « mauvaises fréquentations », sous l’influence d’un ami d’enfance peu recommandable parti pour la Syrie avec son épouse enceinte. « Personnellement, je ne suis pas proche de la religion mais lorsque Raphaël était petit, il participait à des Seder de Pessa’h et à des Bar Mitsvot » confie Liliane, la mère qui s’est elle-même convertie à l’Islam de son plein gré. 

Sur la page Facebook de Raphaël, on trouve des sites de recrutement qui donnent des explications sur l’éveil spirituel à l’Islam et sur la conversion mais aussi des jeux vidéo, des sites professionnels techniques ainsi que de la correspondance avec des membres de la famille en Israël au sujet d’une Bar Mitsva à laquelle il s’était rendu. Les Amar ont beaucoup de famille en Israël, toujours est-il que seuls certains parents ont été informés de ce qui s’est réellement passé. Pour les autres, Raphaël est mort dans un accident de la route.

« Les évènements à Gaza sont devenus source de conflit à la maison. Ils ont conduit Raphaël à se positionner fortement contre Israël qu’il accusait de barbarie. Cependant, il m’a tout de même semblé que cela ne l’affectait pas outre mesure et qu’il avait compris que somme toute, Israël se défendait ».

« Raphaël était un informaticien brillant et s’apprêtait à entamer sa 5ème année d’études à l’école d’ingénieurs de Montpellier. Cependant, le rétablissement du califat par Daesh au Moyen Orient à la fin du mois de juin l’a plongé dans un état d’excitation étrange. Il lui arrivait de pleurer comme un enfant, il n’était plus lui-même, comme drogué. Nous nous sommes violemment querellés », rapporte son père.

Raphaël Amar est parti pour la Syrie le 21 Juillet, via Barcelone puis la Turquie. Il n’a pas reçu d’entrainement militaire, juste un nom arabe et un poste d’expert en informatique par lequel il pouvait exploiter ses capacités. Il a effectué, par exemple, un recensement de la population pour la direction locale de l’organisation terroriste. Il a également réparé des drones de fabrication iranienne activés par téléphone. Il habitait avec ses coreligionnaires dans le cadre de l’ordre islamique de « Dawa » et aidait aussi à distribuer des tracts de propagande parmi la population.

« La conversion de juifs à l’Islam et de femmes en particulier devient un phénomène courant » a déclaré Sammy Ghozlan, ancien policier et président du Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme.

Dans la seule région lyonnaise, des dizaines de filles juives séduites par des musulmans se sont converties à l’Islam avant de se radicaliser. Une grande partie d’entre elles, tout comme Raphaël Amar, sont issues d’une classe sociale moyenne à aisée. Dans un livre récemment publié recueillant les témoignages de parents, il est fait mention d’une lycéenne juive qui, après s’être convertie à l’Islam,  avait l’intention de poser une bombe dans la boutique de ses parents avenue des Champs Elysées. Toutefois, des sources policières ont annoncé qu’au jour d’aujourd’hui, aucune information ne permet d’avancer que de nouveaux jeunes juifs seraient sur le point de partir pour la Syrie.

PrintTell a friend

Autres articles sur l’assimilation

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content