הפעל עצור
  • banner

Des missionnaires ont approché des dizaines de milliers de participants lors de la marche de Jérusalem

Sans honte - un missionnaire distribue de la documentation destinée aux enfants pendant l'événement (Enlarge)
Sans honte - un missionnaire distribue de la documentation destinée aux enfants pendant l'événement

Les dizaines de plaintes qui ont inondé le standard de Yad Lea’him durant les jours de demi-fête de Souccot ont montré que les missionnaires ont profité d'un événement auquel assistaient des dizaines de milliers de Juifs de toutes tendances venus en visite à Jérusalem. Ils ont tenté de les convaincre de se convertir.


L'événement était la "Marche de Jérusalem" organisée pendant les jours de ‘Hol Hamoed Souccot en reconnaissance de Jérusalem, capitale d'Israël, par la municipalité de Jérusalem et par des entreprises clés. Depuis deux décennies, des groupes de non-juifs du monde entier viennent marcher dans la ville. Lorsque des missionnaires chrétiens de la secte "juifs messianiques" ont tenté d'exploiter la concentration de dizaines de milliers de juifs dans un lieu unique pour tenter de les convertir au christianisme, le maire Uri Lopolianski a décidé que les activités missionnaires seraient désormais interdites pendant la marche.


Cependant, la municipalité de Jérusalem a permis à des dizaines de missionnaires du groupe missionnaire "VISION FOR ISRAEL" de participer à la marche, et ces derniers ont rapidement exploité cette possibilité pour se livrer à des prédications intensives.


Le département de lutte contre la mission affirme qu'il ne s'agissait pas d'une opération missionnaire spontanée, mais bien planifiée. "Les missionnaires sont arrivés vêtus des uniformes de leur groupe avec des milliers de dépliants qu’ils ont distribués aux passants. Seule l'intervention rapide des activistes et des volontaires de la branche de Jérusalem de Yad Lea’him a empêché la poursuite de leur déploiement. Les passants ont été mis en garde, et ont rapidement déchiré les prospectus".  De telles activités missionnaires, qui représentent une violation significative, en public, lors d'une marche officielle parrainée par la municipalité et sous les symboles du gouvernement, n’avaient pas été menées depuis de nombreuses années.


L'organisation s'est empressée de faire appel au maire de Jérusalem pour interdire au groupe de participer aux prochaines marches, soulignant qu’en les tolérant, la municipalité s’associait également à des activités interdites par la loi. Selon la lettre, "Il s’avère que dans certains cas, les missionnaires ont agi en violation du Code pénal, qui prévoit l'interdiction des activités missionnaires à l’attention des mineurs et ont distribué des prospectus aux enfants et aux adolescents".
Le mépris de la municipalité pour cette activité criminelle revient à permettre d'autoriser des missionnaires à enfreindre la loi en pleine rue. Ce faisant, elle devient ainsi partenaire de cette supercherie. "


Une copie de la lettre a été envoyée aux grands rabbins d’Israël et de Jérusalem, ainsi qu’aux députés orthodoxes de la Knesset et aux membres du conseil orthodoxe, pour qu’ils se tiennent sur leurs gardes et aident Yad Lea’him à agir contre la mission. Une copie a également été envoyée aux différents candidats à la municipalité pour attirer leur attention sur le problème et pour leur demander de s’engager à pas laisser les missionnaires étendre leur influence sur la ville sainte.


Une partie des appels reçus par Yad Lea’him de la part de personnes qui ont croisé des missionnaires ont révélé des plaintes sévères contre la police. De nombreux parents ont affirmé s’être tournés vers la police municipale après que les missionnaires aient abordé leurs enfants et leur aient remis du matériel de missionnaire. Cependant, cette dernière n'a pas levé le petit doigt, même quand lorsqu’on lui a rapporté qu’il était question d’une infraction à l'article 368A du Code pénal.


Le porte-parole de Yad Lea’him a déclaré qu'il était regrettable de voir les missionnaires chrétiens profiter de chaque occasion pour tenter de répandre le christianisme en Israël, auprès de Juifs innocents. "Tant que les forces de l'ordre ne font pas respecter la loi qui prévoit une peine d'emprisonnement pour les prédicateurs touchant des mineurs, et qu'aucune loi interdisant toute activité missionnaire en Israël n’est votée, cette mascarade se poursuivra ".

 

 

 

Le matériau missionnaire déshonore les rues de la ville sainte

 


 

PrintTell a friend

Autres articles sur la mission

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content