הפעל עצור
  • banner

Yad Lea’him a organisé une soirée spéciale pour des Juifs exposés à des activités missionnaires intensives à Ashdod

       

 

 

Chaleur juive. Quelques-unes des couettes entreposées aux bureaux de Yad Lea’him, attendant d’être distribuées aux rescapés de la mission

 

 

Contre toute attente, Yad Lea’him a réussi à pénétrer le noyau des activités missionnaires qui avait commencé à prendre racine parmi les immigrants de l'ex-Union soviétique à Ashdod, à rencontrer les immigrants et à faire briller la lumière juive face au mensonge.

Le point culminant s’est déroulé  lors d'une fête spéciale organisée à Hanoucca à l’attention des Juifs qui participent régulièrement aux activités destructrices de l'église missionnaire connue sous le nom de Beit Hillel, qui opère sur la rue Oragim à Ashdod.

Étonnamment, une cinquantaine d'immigrants de l'ex-Union Soviétique, la colonne vertébrale de la communauté missionnaire locale, ont participé à l'allumage des bougies et écouté des histoires racontant les miracles de 'Hanoucca.

La lutte contre les missionnaires à Ashdod s’est intensifiée  au cours de l'année passée lorsqu’il est devenu évident qu'ils faisaient tous les efforts possibles pour «leur faire oublier la Torah et leur ôter toute volonté propre» en distribuant des paniers alimentaires aux nouveaux immigrants, la plupart originaires de l'ex-Union soviétique. L'intention malveillante dissimulée derrière ce piège mielleux  est le désir de ferrer ces immigrants et de les convertir plus tard. Suite aux efforts entrepris par la division missionnaire, l'église comptait environ 100 Juifs, que D. nous en préserve.

Yad Lea’him a par la suite reçu d’autres informations au sujet de la construction en cours d’un nouveau centre missionnaire situé dans la rue principale, et qui devait devenir la résidence permanente des missionnaires dans la ville. Cet endroit est sous les feux d’une lutte constante menée par Yad Lea’him afin d'empêcher l'achèvement de sa construction.

Pour tenter de contrer les dangereuses activités missionnaires, les membres de Yad Lea’him sont parvenus à obtenir les numéros de téléphone d’une centaine de Juifs fréquentant le centre missionnaire de manière hebdomadaire. Le but était clair: leur ouvrir les yeux et leur offrir de participer à des rencontres et des événements qui fourniraient une réponse appropriée à leur solitude, leur feraient également rompre tout contact avec la mission chrétienne et découvrir le monde juif.

Une cinquantaine de Juifs participant aux activités missionnaires sont venus à la fête. Pour certains d’entre eux, c’était la première fois qu’ils assistaient à un événement juif quel qu’il soit. Les membres de Yad Lea’him les ont accueillis avec gentillesse, avec un orchestre composé entièrement d’immigrants de l’ex Union Soviétique, jouant des mélodies russes.

L'événement a commencé avec l'allumage des bougies effectué par le rabbin Alex Nastrov, le coordinateur du Département de l'intégration des immigrants de Yad Lea’him. Après l'allumage, l'orchestre a joué des airs de Hanoucca et des beignets tout chauds ont été distribués. Puis, le rabbin Nastrov s’est exprimé avec enthousiasme.

Il a raconté aux participants l'histoire de 'Hanoucca et des Juifs qui se sont assimilés à la culture grecque de  l'époque. Le public s’est particulièrement identifié aux paroles du Rav, qui a poursuivi : "En chaque Juif, il y a une petite cruche d'huile pure que même les missionnaires, les hellénistes de notre génération, ne réussiront pas à souiller. Il est de notre devoir de  trouver cette cruche  d'huile et de l'allumer". Le public a répondu avec des tonnerres d’applaudissements.

À la fin de l'événement, en plus d’une élégante ménorah de Hanoucca, de bougies et de brochures d'information, chacun des participants a également reçu une bonne couette bien chaude – généreusement offerte par un donateur souhaitant rester anonyme.

Le rabbin Hanoch Gechtman, directeur du département de lutte contre la mission de Yad Lea’him, a noté avec émotion le succès de l'événement. Il a rapporté que certains des participants se sont levés à la fin de l'événement et lui ont annoncé ouvertement qu’ils ne mettraient plus les pieds dans le centre missionnaire. Et, comme si cela ne suffisait pas, "une grande partie des participants a émis le désir de participer à des cours de Torah ou d’étudier le judaïsme en partenariat avec les militants de Yad Lea’him".

PrintTell a friend

Autres articles sur la mission

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content