Yad Lea’him fait fermer une soupe populaire missionnaire à Ashdod

13/07/2017
Des immigrants participant à la soirée spéciale de Yad Lea’him (Enlarge)
Des immigrants participant à la soirée spéciale de Yad Lea’him

Les plaintes qui sont parvenues l’année dernière au standard d’urgence de Yad Lea’him ont révélé l’existence d’une nouvelle institution  missionnaire. 


Il est question d’une communauté située dans la zone industrielle d’Ashdod, qui se cache derrière le nom innocent de « Beit Hillel »,  et qui a commencé à distribuer des paniers de nourriture chaque semaine à des dizaines d'immigrants, principalement originaires de l’ancienne Union Soviétique. Derrière cette bonne action se dissimule le désir de la mission de tisser des liens avec ces immigrants et, par la suite, de les pousser à se convertir au christianisme.


Yad Lea’him a vite compris qu’il était question d’une initiative missionnaire dangereuse : le fait que ces nouveaux immigrants soient oppressés par la pauvreté et qu’aucune organisation ou bureau gouvernemental ne les aide à se procurer la nourriture nécessaire à leur survie a poussé la mission à utiliser leur détresse à son avantage.


Le Département de lutte contre la mission de Yad Lea’him a immédiatement envoyé une équipe sur place pour mettre en garde les visiteurs de l'intention réelle des missionnaires. La douleur des militants de l’organisme face à ce phénomène scandaleux s’est encore amplifiée lorsqu’ils sont tombés sur un couple très pauvre d'immigrants religieux du Mexique qui se rendait sur place pour se ravitailler.


Après beaucoup d'efforts, les militants ont réussi à collecter les numéros de téléphone et les coordonnées de 60 Juifs qui fréquentaient le lieu chaque semaine et ont décidé de prendre des mesures énergiques.


La semaine passée, lundi, Yad Lea’him les a conviés à une soirée spéciale nommée « Torah, Pizza et Guitare ». Sur le lieu du rassemblement, un repas chaud et nourrissant attendait les convives, dans une ambiance musicale proposée par un artiste venu tout spécialement à cette occasion. Il a chanté des chansons en russe et a proposé des activités pour les enfants.  Au cœur de la soirée, Yad Lea’him a annoncé une série d'actions visant à améliorer la situation économique difficile des immigrants et des solutions de rechange appropriées, sans qu’ils aient besoin d’être en contact avec les chasseurs d’âmes missionnaires.


Les options présentées sont nombreuses et variées, elles proposent à chacun la possibilité de se rendre chaque jour à la soupe populaire « Mana ‘Hama » pour recevoir un repas chaud, des bons pour acheter de la nourriture dans l'une des plus grandes chaînes de supermarchés dans la ville, de l’aide pour remplir les formulaires dans le but d’obtenir des fournitures de l’organisme Yad Ezra VeShoulamit, et le point culminant: une nouvelle carte club de Yad Lea’him qui leur donnera de nombreux avantages dans une multitude de possibilités.


Au sein de l’organisme, nous applaudissons le Rav Avi Amsallem, un conseiller municipal de la ville, membre du parti Shas, qui a travaillé dur pour trouver une solution appropriée à ce phénomène pervers ainsi que l'organisation « Chabad BeAliya » dirigée par le rabbin Simcha Kolyaakov qui a prêté ses installations en faveur de cette initiative.


Le Rav Hanokh Gertman, directeur de département de lutte contre la mission de Yad Lea’him, a témoigné : « Ce soirée nous a appris que l’on ne repousse pas l’obscurité avec des bâtons mais avec de la lumière. C’est justement grâce à une action alternative que nous avons pu couper l’herbe sous le pied des missionnaires. Nous croyons fermement en la fermeture prochaine de leur soupe populaire par manque de demande ».


Le porte-parole de Yad Lea’him a ajouté que les actions de l’organisme avaient connu un vif succès. En effet, tous les participants à la soirée ont assuré qu’ils allaient rompre leurs liens avec les missionnaires et ont même conseillé à leurs amis de faire de même, en raison de l’alternative trouvée par l’organisme. 


En parallèle, les membres de Yad Lea’him continueront à se tenir chaque semaine devant le complexe missionnaire. « Aussi longtemps que cet endroit sera en activité, nous y serons présents pour mettre en garde le public. A Ashdod, comme partout en Israël, nous ne baisserons pas la garde tant que les missionnaires continueront de mettre en danger des âmes juives innocentes ». 

PrintTell a friend

Autres articles sur la mission

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content