הפעל עצור
  • banner

Une plainte adressée à l’organisme Yad Lea’him a permis d’exclure deux conférenciers scientologues de l’agenda d’un séminaire

9/02/2014
Une plainte adressée à l’organisme Yad Lea’him a permis d’exclure deux conférenciers scientologues de l’agenda d’un séminaire

L’organisme Yad Lea’him, qui lutte conte la mission, les sectes et  l’assimilation, a dernièrement reçu une plainte émanant d’Israël Benloulou, un homme d’affaire ‘harédi. Ce monsieur est depuis plusieurs années à l’initiative d’un séminaire nommé « Hamigzar » qui a pour vocation de fournir des outils professionnels aux hommes d’affaires orthodoxes. Le séminaire est prévu pour le mercredi 12 adar 1 à Jérusalem et ce monsieur s’est déclaré préoccupé par la ligne de conduite appliquée par deux de ses conférenciers.


Yad Lea’him a soigneusement vérifié ces informations et découvert que ces deux hommes étaient des chargés de cours utilisant les méthodes de la scientologie et délivrant des messages tirés des enseignements nuisibles de la secte. Il s’avère qu’ils avaient dissimulé la véritable nature de leur mission  ainsi que leur identité aux organisateurs du séminaire. De plus, des témoignages parvenus aux oreilles de l’organisme ont dévoilé que par le passé ces hommes avaient tenu des séances publiques de prédication massive pour encourager la population à lire les écrits de la scientologie et l’appeler à rejoindre les bancs de l’église. 

Une enquête spéciale menée il y a un certain nombre d’années par le magazine « Time » a montré que cette secte, fondée par l’écrivain de science-fiction américain Ron Hubbard dans le but de « purifier » la population de sa misère, se présente comme une religion. Selon l’article, cette église est « une machine financière mondiale, très rentable, comparable à la mafia et qui terrorise ses adhérents ».

Ces dernières années, des centaines d’anciens adeptes ont poursuivi  la secte en justice et certains ont fini par obtenir gain de cause. Une commission d’enquête réunie par le gouvernement australien  a statué que la scientologie était « une pure fantaisie et  un véritable tissu de mensonges. Leurs pratiques représentent une menace, tant au niveau médical que moral  et social. Elle suscite la controverse, encourage la suspicion, instille le manque de confiance au sein des familles et créée des difficultés financières dans les foyers ». Des rapports spéciaux rendus sur les sectes en Israël par la vice-ministre de l’éducation d’alors, la députée M. Tassa Glazer, ont également défini la scientologie comme une secte des plus dangereuses.

La direction de Yad Lea’him a pris contact avec Mr Benloulou pour l’informer que ses soupçons étaient effectivement fondés et le mettre au courant de la gravité des faits. Elle lui a également révélé la véritable identité des deux imposteurs.

 Cet appel n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Malgré le court délai restant avant la conférence, l’organisateur a accepté de retirer les deux conférenciers du programme et les a informés que leur présence n’était plus souhaitée, le but étant d’éviter toute ambiguïté et de ne laisser sous aucun prétexte des sectes dangereuses entrer en contact avec les juifs respectueux de la Torah et des Mitsvot qui assisteront à cette soirée. La société « Hamigzar » est même parvenue, dans des délais très courts, à engager des remplaçants.

Yad Lea’him a salué la vigilance et la réactivité de « Hamigzar » et a appelé le public et en particulier les gestionnaires et les indépendants à ne pas tomber dans le piège hypocrite des activités scientologues. 

 

PrintTell a friend

Autres articles sur la mission

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content