הפעל עצור
  • banner

Suite à la requète transmise par Yad Lea'him à la Haute Cour de justice, le juge Grunis a déclaré : "Il incombe à la radio de l'armée d'engager le dialogue avec l'organisme Yad Lea'him"

Suite à la requète transmise par Yad Lea'him à la Haute Cour de justice, le juge Grunis a déclaré : "Il incombe à la radio de l'armée d'engager le dialogue avec l'organisme Yad Lea'him"

"Vous avez une âme juive. Ne laissez personne la corrompre! Les missionnaires œuvrent sans relâche à travers le pays dans le but de vous convaincre d'abandonner votre foi et de vous convertir au christianisme. Ne vous laissez pas tenter! Gardez fièrement votre identité juive!". Des mots touchants, sans l'ombre d'un doute et qui ne portent préjudice à personne. Cela n'a néanmoins pas été l'avis de Galei Tsahal,  la radio de l'armée…


La réponse de Tsahal s'est révélée sans équivoque:" Nous ne pouvons pas diffuser un message susceptible de nuire à la sensibilité religieuse de quelque individu que ce soit, même s'il représente une minorité". Galei Tsahal a établi que la démarche de Yad Lea'him est vraisemblablement légitime, mais controversée d'un point de vue idéologique. "Nous nous devons en tant que corps militaire d'interdire la diffusion d'un tel message".


Face à ce refus, Yad Lea'him s'est empressé de réagir et a précisé par l'intermédiaire de son avocat Yoram Sheftel que " cette diffusion est une annonce de service public pour mettre en garde des individus juifs contre les manœuvres missionnaires-antisémites et qu'elle ne porte atteinte à la sensibilité religieuse d'aucune partie de la population israélienne".


La radio s'est cependant opposée à la diffusion de l'annonce. Son service juridique a par ailleurs fait savoir que "une station de radio militaire publique ne peut devenir un lieu d'affrontements entre sympathisants des missionnaires et des sectes et opposants". Il a ajouté, comme si cela ne suffisait pas, que "ce message était susceptible de susciter peur et mouvement de panique parmi la population".


Le directeur de Yad Lea'him, le Rav Chalom Dov Lifshitz z"l, s'était en son temps empressé de déposer une requête auprès de la Haute Cour de justice. Ce texte, long de 13 pages, avait été élaboré par les avocats de l'organisme Maitres Yoram Sheftel et Doron Bekerman, et rapportait en détails le statut légal de la radio ainsi que la question de la liberté d'expression. Il rappelait en outre les précédents juridiques qui apportaient des arguments à la plainte.


Lors de l'audience, les plaignants se sont confrontés aux revendications de Galei Tsahal: "Les mariages mixtes, phénomène qui découle de l'assimilation, menacent à long terme l'existence même du peuple juif. La lutte contre l'assimilation défend les valeurs juives au plus haut niveau et il est évident que la radio voit en la bataille contre les mariages mixtes "un sujet à même de réveiller un bon nombre de différents publics".


Les plaignants estiment que les activités missionnaires représentent bien plus qu' "un sujet controversé", d'où l'importance d'avertir la population ! De plus, l'affirmation selon laquelle ce message serait susceptible de créer des mouvements de panique parmi la population est manifestement infondée.


Quelques jours avant la fête de Pessa'h, la Haute cour de Justice a tranché en faveur de la requête de l'organisme Yad Lea'him. D'un commun accord, les juges ont déclaré que "les deux parties ont jusqu'au 2 Juin 2012 pour créer le dialogue et parvenir à s'entendre".


Yad Lea'him espère vivement que son message de prévention sera diffusé prochainement au public et permettra à bon nombre d'individus d'éviter les pièges tendus par la mission.

 

Pour écouter la diffusion, cliquez ici

 
 

PrintTell a friend

Autres articles sur la mission

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content