הפעל עצור
  • banner

Pour la première fois : Yad Lea’him a formé un groupe de professeurs féminins de différents pays dans la lutte contre l'assimilation

26/07/2016
La couverture du livret explicatif  « Thoughts on intermarriage ».
La couverture du livret explicatif « Thoughts on intermarriage ».

Le mois dernier, l’organisme Yad Lea’him a achevé la formation de 20 étudiantes qui deviendront leurs ambassadrices à l'étranger sur le sujet de l'assimilation dans le cadre d’un département spécial crée il y a quelques années pour traiter le problème des mariages mixtes.

Le département œuvre au côté du « Département de lutte contre l’assimilation » de l’organisme qui s’occupe de filles juives vivant dans des villages arabes. Il est question de 22 jeunes filles de différents pays venues en Israël pour étudier au séminaire toranique « Mahon Bina » à Tsafria.

Tout au long de l’année passée, les étudiantes ont suivi un cours spécial sous la supervision du Rav Yoav Zeev Rubinson et à son terme, elles ont reçu un diplôme leur permettant de donner des conférences et de mener à bien des discussions.


Les cours qu’elles ont reçus tout au long de l’année ont traité de tous les aspects du sujet, le rapport de la Torah à de telles unions, l’avis de la Torah orale, les conclusions des enquêtes au sujet des mariages entre nations différentes, la manière d'aborder la question dans des discussions psychologiques et les difficultés rencontrées par les enfants issus de ces mariages.


A la fin de l'année, les filles ont écrit une série d'articles sur le sujet, chacun touchant une notion se rapportant aux différents problèmes soulevés par les unions mixtes. Les articles ont été regroupés dans un livret nommé « Thoughts on intermarriage » (Réflexions sur les mariages mixtes), produit avec la participation de Yad Lea’him dans le but d’être distribué aux étudiants juifs à l'étranger.


Le Rav Rubinson a déclaré cette semaine que l'année dernière, le département de lutte contre l’assimilation a pu empêcher des dizaines de mariages de couples mixtes. Selon lui, il était question en grande partie d’étudiants israéliens poursuivant leurs études en Europe et qui avaient fait sur place la connaissance de jeunes filles non-juives. Selon ses dires : « le nouveau projet qui se poursuivra également l’année prochaine avec des jeunes filles venues de l’étranger formera le plus possible « d’Ambassadrices du peuple juif » qui emmèneront la lutte contre l’assimilation dans leurs bagages. Il est entre autre question de la France, des Etats-Unis, du Brésil, de l’Argentine, du Canada, de la Russie, de la Grande Bretagne, de l’Italie, de l’Allemagne et de l’Australie ».


Pendant ce temps, Yad Lea’him a procédé à l’impression de milliers de nouveaux exemplaires du magazine « Mithatnim BaAm » (Nous nous marions au sein de notre peuple) destiné à confronter le public israélien au problème connu de l’assimilation dans le but d’empêcher les mariages mixtes.


Chez Yad Lea’him, on note avec satisfaction que la première édition a été très appréciée des jeunes. Il ne fait aucun doute que grâce à ce qu’ils ont appris de leurs lectures, beaucoup d’entre eux ont été dissuadés de contracter les unions mixtes qui éloignent malheureusement des générations entières d’enfants juifs de leur peuple.

PrintTell a friend
Daronet Daronet Web Building
Jump to page content