הפעל עצור
  • banner

Pendant la trêve, un chabat a été organisé pour les rescapées de Yad Lea’him à Yad Binyamin

14/08/2014
      

 
« Que nous ayons le mérite d’élever des enfants et des petits enfants » - L’allumage des bougies de chabat dans le réfectoire.

   

« Qui a séparé Israël des autres peuples » - Le Rav Israël Lifshitz, directeur de Yad Lea’him, lors de la havdala.





Ce sont des autobus, venus les chercher à leur domicile aux quatre coins du pays, qui  ont déposés les dames et leurs enfants sur le prestigieux campus où un séminaire chabatique hors du commun était organisé tout spécialement à leur intention. Elles se comptaient par dizaines, toutes délivrées de villages arabes par Yad Lea’him et restées depuis en contact étroit avec l’organisme.

Le déroulement de cet évènement était fortement compromis par la question sécuritaire, à cause des combats se déroulant à Gaza. Le commandement du front intérieur ayant finalement donné son accord, la décision a été prise, le chabat organisé aura bien lieu ! La sécurité a été renforcée et une double équipe a été recrutée pour pouvoir prendre rapidement les enfants en charge et les conduire dans les abris en cas d’alerte. Grâce à D., aucune sirène d’alerte n’a retenti de tout le chabat. 

Après s’être dirigées vers leurs chambres et avoir découvert avec plaisir les délicates attentions préparées à leur attention ainsi que le programme des jours à venir, les participantes  sont descendues assister à un évènement musical particulièrement émouvant mené par Mme Miri Or. Cette dernière a partagé avec elles l’histoire étonnante de son retour au judaïsme.

Avant l’allumage des bougies, les femmes se sont rassemblées pour écouter la Rabbanit Ra’hel Perets qui les a inspirées en leur dévoilant l’importance de l’allumage des lumières du chabat ainsi que des prières et des supplications que l’on formule durant ces instants sacrés.

Après l’accueil du chabat et le kiddouch, s’est déroulé le premier repas autour de tables somptueusement dressées, couvertes de mets délicieux. Pendant le repas, le Rav Israël Lifshitz, le directeur de Yad Lea’him, a pris la parole pour souhaiter aux jeunes femmes présentes de bien profiter de cette opportunité pour reprendre des forces. Il a rappelé le souvenir de son père, le fondateur de l’organisme, Rav Shalom Ber Lifshitz z’’l qui était à l’initiative de ces chabatot  qu’il souhaitait nombreux et féconds.

A la fin du repas, un moment d’émoi a envahi l’auditoire lorsqu’un groupe d’enfants qui étudie maintenant dans des institutions religieuses a pris l’initiative de chanter à voix haute le Birkat Hamazone avec la mélodie traditionnelle, accompagnés par les autres enfants et par l’équipe de Yad Lea’him qui répondaient amen, émus aux larmes.

Après le repas a eu lieu, en guise d’Oneg Chabat, un symposium sous la supervision de Mme Perets et de l’équipe de Yad Lea’him. Les participantes y ont pris part tandis que les enfants se rassemblaient pour assister à une activité éducative spécialement prévue pour eux. Le symposium avait pour thème la foi en D., l’observance des mitsvot et bien entendu, le sujet qui tient tant à cœur aux femmes délivrées par l’organisme, le mariage et la construction d’un foyer juif.

Tout au long du chabat, d’autres conférences ont été proposées et certaines ont abordé le sujet de l’éducation des enfants et les défis éducatifs, proposant des astuces pour les aider dans leur développement. Une table ronde a également eu lieu et chaque rescapée a pu s’exprimer sur la providence divine telle qu’elle la ressent depuis le jour de sa libération du village où elle était séquestrée jusqu’à aujourd’hui, sur le chemin du retour vers le peuple juif.


Après la havdala, une dernière activité nommée « Ajoutons de la lumière » a été organisée. La lumière de la pièce a été éteinte, chaque personne a allumé une bougie et exprimé devant l’auditoire quelle lumière ce chabat avait fait jaillir dans sa vie. Les dames ont décidé de s’engager à respecter une mitsva particulière qui leur tient à cœur comme les lois de pudeur, de chabat, de prélèvement de la ‘hala, la récitation des bénédictions du matin, de la prière, ou encore l’éducation de leurs enfants. Puis, juste avant de se séparer, chacune des participantes a exprimé ses souhaits d’avenir pour elle et sa progéniture. 

C’est avec beaucoup de difficultés qu’elles se sont quittées, remerciant l’organisme pour ce somptueux chabat, pour l’enthousiasme et l’énergie reçus et pour le soutien et les encouragements qui les accompagneront tout au long de leur vie.

PrintTell a friend
Daronet Daronet Web Building
Jump to page content