הפעל עצור
  • banner

D’après une récente étude, une écrasante majorité de la population juive en Israël s’oppose aux mariages mixtes

31/08/2014
       

 

Le responsable de l’enquête:
Le professeur Camille Fuchs du département de mathématiques à l’université de Tel Aviv.

Suite à l’émotion suscitée la semaine dernière par le mariage d’une jeune fille juive avec un jeune arabe, une étude complète dirigée par l’institut Dialogue et supervisée par le professeur Camille Fuchs est parue le 22.8.2014 dans le journal « Haaretz ».  Ce sondage a examiné la position de la communauté juive en Israël face aux mariages mixtes.

L’enquête, menée sur un échantillon représentatif de la population montre qu’une forte majorité s’oppose aux mariages mixtes. 75% des personnes interrogées ont répondu qu’elles seraient contre le fait d’épouser une personne de confession différente, 60% ont déclaré qu’elles désapprouveraient le mariage de l’un de leurs proches avec un non juif et plus de 56% ont assuré « qu’elles se battraient pour empêcher un tel mariage au sein de leur famille ».  

Selon les résultats, il s’est avéré que comparativement aux autres croyances, les juifs s’opposent de manière bien plus nette, avec une différence d’une dizaine de pourcents, à de telles unions. La raison en est simple, ce phénomène est contraire aux principes du judaïsme et le peuple juif est convaincu que de tels couples n’ont aucun potentiel de réussite.

Yad Lea’him a réagi cette semaine à cette étude et déclaré d’une part se réjouir de ces résultats encourageants mais d’autre part se sentir très affecté par les 20% qui n’élèvent aucune protestation face aux mariages mixtes. L’organisme en appelle au gouvernement israélien pour renforcer l’enseignement juif fondamental parmi les adolescents dans les écoles publiques, afin qu’ils comprennent l’importance des unions juives et de la pérennité du peuple juif.

De nombreux parents inquiets se sont tournés vers Yad Lea’him suite à des rencontres organisées entres jeunes juifs et arabes financées par le ministère de l’éducation. La direction de l’organisme a déclaré qu’au comble de l’absurde, en lieu et place de s’investir dans des opérations de prévention sensées faire obstacle à l’assimilation, le ministère de l’éducation a initié des situations qui deviendront vite ingérables. « En effet », a-t-elle ajouté, « il existe d’autres manières d’éduquer à la tolérance ».

PrintTell a friend
Daronet Daronet Web Building
Jump to page content