הפעל עצור
  • banner

Yad Lea’him demande instamment à la Knesset de rejeter le projet de loi scandaleux qui consiste à autoriser l’adoption d’enfant juifs par des familles non juives

17/02/2014

La commission du droit à la Knesset a examiné ces derniers jours un amendement d’une gravité sans précédent au projet de loi concernant l’adoption. Cette réforme, initiée par un groupe de députés et dirigée par le député Kol du parti « Yesh Atid », prévoit une correction de la loi stipulant qu’un enfant juif ne peut être adopté par une famille non juive.

Lors de la réunion, le député et Rav Ouri Maklev ainsi que le député Strock se sont férocement opposés à cet amendement. « Tout celui qui vote pour ouvrira les portes à l’adoption d’enfants juifs par des familles musulmanes » a déclaré le Rav Maklev. Le député Strock a ajouté que « depuis des générations, les juifs sacrifient leur vie pour éviter à des enfants juifs de s’assimiler et de se perdre ».

Dans le sillage de cette réunion, Yad Lea’him s’est adressé aux membres de la Knesset pour les mettre en garde contre l’avancement de cette dangereuse législation.  L’organisme a salué la réactivité des députés Maklev et Strock et la fermeté de leur position au cours de la discussion avant de se tourner vers le reste des personnes présentes pour les amener à réfléchir sur l’importance cruciale de retirer cette loi de l’ordre du jour avant qu’il ne soit trop tard.

Les dirigeants de Yad Lea’him, organisme qui lutte jour après jour contre l’assimilation et les mariages mixtes, ont déclaré dans un communiqué « être particulièrement choqués et anxieux pour l’avenir. Les conséquences de ce projet de loi sont lourdes, des enfants juifs seront adoptés par des étrangers et s’éloigneront à jamais. Dans notre travail de tous les jours, nous sommes confrontés à des cas où des familles musulmanes tentent de prendre le contrôle sur des enfants nés de mère juive et de père arabe. Malheureusement, dans certains cas, elles parviennent à leurs fins. Il va sans dire que nous n’abandonnons jamais ces enfants mais ce projet de loi, non content d’ouvrir une fissure supplémentaire  dans le mur qui sépare juifs et non juifs, accorde légitimité aux tribunaux pour remettre ces enfants à des étrangers ».

Yad Lea’him a souligné l’absurdité de ce texte « qui dépasse l’entendement. A l’heure où l’Etat et l’Agence juive consacrent d’importants budgets pour éviter la prolifération des mariages mixtes en Israël et en diaspora, la législation du pays prépare le terrain à l’assimilation. »

En outre, l’organisme a ajouté : « Même s’il a été décidé que des parents donneront effectivement leur enfant à l’adoption, qui détient l’autorité juive et le pouvoir moral de déraciner un enfant de la tradition de ses parents, grands-parents et des générations antérieures pour le confier à des non juifs ? Recherche-t-on réellement le bien de l’enfant en le coupant du peuple juif ? Et un beau jour, lorsqu’il souhaitera retracer les origines de sa famille et réalisera avec stupeur qu’il est juif, pourra-t-on lui affirmer que c’était « pour son bien » ?

Cette semaine, les dirigeants de Yad Lea’him ont organisé une réunion avec le Grand Rabbin ashkénaze d’Israël, le Rav David Lau, pour l’informer des mesures en cours. Le Rav Lau a déclaré soutenir la lutte engagée par l’organisme et a prié l’équipe « de ne pas renoncer à ses efforts ». Le Grand Rabbin a ajouté s’être personnellement tourné vers les instigateurs de cet amendement dangereux pour les dissuader de poursuivre dans cette voie.

Le porte-parole de Yad Lea’him a cette semaine exprimé l’espoir de voir cette initiative échouer. Il espère que l’appel sincère de l’organisme, basé sur une amère expérience dans ce domaine, sera entendu à la Knesset par des oreilles attentives et permettra d’éviter une aggravation sensible  du phénomène.

PrintTell a friend
Daronet Daronet Web Building
Jump to page content