הפעל עצור
  • banner

Le plaidoyer de Kessalon

 

Les archives de Yad Lea'him présentent un document écrit à la main par les habitants de l'un des camps de transit (maavarot), villages de logement temporaire pour les immigrants au cours des premières années de l'Etat d'Israël. Ils y décrivent leur profonde douleur face à la coercition antireligieuse et face au style de vie qui leur était imposé, si éloigné de leurs croyances


Le camp de transit Kessalon a été mis en place sur les pentes de Bet Chemech en 1949-1950 à l'intention des immigrants juifs en provenance du Yémen. Ce fut le tout premier camp de réfugiés ouvert, comme le montre cette annonce, publiée le 23 mai 1950 dans le journal "Davar": "La semaine dernière, le premier camp de transit a été établi sur les pentes du sud de Kessalon dans les collines de Jérusalem. C'est une installation temporaire pour les immigrants employés dans les exploitations sylvicoles. Ils y vivent dans des tentes avec leurs familles".


Six ans plus tard, en 1955, Kessalon a été habité par des immigrants venus de Tunisie et du Maroc. Animés d'une volonté de vivre selon leurs croyances religieuses, tous ces réfugiés ont rencontré de nombreux obstacles.


Dans cette lettre non datée, les habitants de Kessalon ouvrent leurs cœurs à Yad Lea'him à propos des difficultés qu'ils rencontrent. (Nous ne savons malheureusement pas si ces gens étaient originaires du Yemen, du Maroc ou de Tunisie).


Ils déplorent que les gardiens du camp élèvent leurs enfants loin de la Torah et de la pratique des mitsvot. Ils aspirent à vivre une vie religieuse comme c'était le cas dans leur pays d'origine. Ils font appel à Yad Lea'him pour ouvrir une école religieuse qui prodiguera à leurs enfants une éducation fidèle à la Torah.


Voici la traduction de cette lettre de protestation écrite par les habitants de Kessalon:


"Aujourd'hui, avec l'aide de D., nous sommes le mercredi 18 Teveth. Nous affirmons que nous, habitants du camp Kessalon, sommes tous des gens religieux. Nous n'abandonnerons ni n'oublierons jamais la Torah et ses mitsvot et ne transgresserons en aucun cas la sainteté du Chabat. Les gardiens du camp Kessalon sont venus et ont pris nos fils et nos filles, même ceux qui étaient déjà mariés. Ils les ont envoyés à l'armée contre notre volonté et les habituent à une culture étrangère. Nous nous opposons à cela de toutes nos forces. Nous sommes montés en Israël pour ajouter de la sainteté à notre existence et cela nous est refusé. Nous demandons au gouvernement israélien de nous rendre nos enfants et nos femmes et nous ne renoncerons pas même au prix de nos vies.


Ils profanent le Chabat, les gardiens ainsi que les soldats fument le jour du Chabat et transgressent sa sainteté. Plus encore, ils prennent nos femmes et dansent avec elles et habituent nos enfants à cette promiscuité interdite par la loi. Puisse Hachem venger cet affront.


Nous demandons l'ouverture d'une école religieuse pour que nos fils et nos filles reçoivent une éducation de qualité et apprennent la Torah et la Guemara".

PrintTell a friend

Photos et documents supplémentaires

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content