הפעל עצור
  • banner

Informations utiles

De nombreuses jeunes filles pensaient que cela ne leur arriverait jamais, et pourtant – elles n’y ont pas échappé…


L’expression « le sang est plus épais que l’eau » – signifiant qu’un même sang engendre une relation plus intense que s’il s’agit d’un membre d’un autre peuple – n’est pas une simple formule. Il est vrai que le sang musulman ou chrétien qui coule dans les veines de l’homme atténue l’intensité de la relation affective auprès de la jeune fille, néanmoins on ne peut pas garantir que cela suffise à empêcher le mariage.


Si une femme juive se convertit à l’islam lorsqu’elle épouse un Musulman, ses enfants continuent à vivre chez le mari même si elle désire divorcer et rejoindre le judaïsme.

Le fait d’avoir été enrôlé dans l’armée israélienne ne garantit pas la nationalité israélienne du jeune homme ou son bon caractère.


La relation maritale déterminée par le Coran est très différente de celle du monde occidental. Ce qui semble inadmissible dans le monde occidental est considéré comme une conduite tout à fait normale chez les Musulmans.


Les enfants nés de mère juive et de père musulman se sentent profondément déstabilisés par la contradiction qui règne dans leur identité. Aux yeux des Arabes, ils sont considérés comme des Juifs ; pour les Juifs, ce sont des Arabes.


Les hommes musulmans peuvent épouser jusqu’à quatre femmes.

Une femme musulmane est considérée comme la propriété de son époux.

En cas de divorce, les enfants et les effets personnels de l’épouse deviennent propriété du mari.

 

Les Musu

lmans ont le droit de frapper leur épouse afin de l’obliger à se soumettre. « Les femmes pieuses sont des femmes soumises. Si tu crains que ta femme te soit infidèle ou si elle fait preuve d’une mauvaise conduite, n’hésite pas à la réprimander et à la frapper » (Abdoul Latif Mouchtahiri).

Daronet Daronet Web Building
Jump to page content